La France a acheté de nouveaux Rafale pour remplacer les chasseurs «grecs»

La France a acheté de nouveaux Rafale pour remplacer les chasseurs «grecs»

Dassault Aviation a reçu un contrat du ministère français des Armées pour fournir 12 nouveaux chasseurs multirôles Dassault Rafale, a appris BulgarianMilitary.com citant Defence24. Ces machines doivent remplacer un ensemble analogue de Rafale français d’occasion récemment vendus à la Grèce.

Le contrat de fourniture de nouveaux chasseurs multirôles français a été signé par le président-directeur général de Dassault Aviation Eric Trappier et la ministre française des Armées Florence Parly à l’usine d’Argonay en Haute-Savoie. Depuis 1963, ces usines produisent des commandes de vol pour toutes les machines fabriquées par la société Dassault Aviation.

«Ce contrat de 12 nouveaux avions permettra à nos forces aériennes et spatiales de poursuivre le développement des Rafale en prévision de la cinquième tranche à livrer entre 2027 et 2030. Ce contrat est une grande satisfaction pour Dassault Aviation, Thales, Safran et les 500 entreprises françaises. impliqué. au programme, dans les conditions difficiles de notre secteur aéronautique dans le contexte de la crise COVID »Président-directeur général de Dassault Aviation Eric Trappier

Le 25 janvier de cette année. Le ministère de la Défense de la République hellénique a conclu un contrat pour 18 chasseurs multirôles Dassault Rafale avec le ministère français de la Défense et la société Dassault Rafale. La valeur totale du contrat est d’environ 2,5 milliards d’euros. Sur l’ensemble des machines, 12 sont destinées à être utilisées et proviennent des ressources de l’aviation française. Ils doivent être livrés en juillet de cette année et six autres doivent être nouvellement fabriqués. Cette forme d’achat de ces machines a très probablement permis de réduire la valeur totale de près d’un tiers, de 3,5 milliards d’euros à 2,5 milliards d’euros.

En même temps, cela permet de renforcer le potentiel de l’aviation grecque plus tard cette année. Les politiciens des deux pays ont souligné que l’accord était l’expression du «partenariat opérationnel très étroit» des deux pays. Les politiciens ont prononcé ces propos dans le contexte des mois de tensions croissantes entre la France et la Grèce et la Turquie, qui accroît son activité dans les régions contestées de la Méditerranée, y compris la côte de Chypre dans l’exploitation des gisements minéraux, et est fortement impliquée dans les conflits inachevés en Libye et en Syrie.

La Grèce sera également le cinquième utilisateur de ces machines et le quatrième client à l’exportation. Dans le cas de l’utilisateur natif, c’est-à-dire la France, ils sont en service avec l’armée de l’air française (environ 102) et la marine française (environ 42). Plusieurs acheteurs étrangers tels que l’Égypte (24 exemplaires), le Qatar (36 exemplaires avec option pour le back-end) et l’Inde (36 exemplaires) ont commandé Fafales. Le contrat complémentaire conclu chez Rafale maintiendra le potentiel actuel de l’aviation française et sécurisera la production de ces machines contre les prochaines commandes attendues.